© 2018 by Galerie Pigalle 1930

 

Biographies (2018)

Gwenaël Ben-Aïssa

Diplômée de l’école du Louvre, Gwenaël Ben-Aïssa est spécialisée en art africain. Elle est actuellement chargée de travaux dirigés au musée du quai Branly et assistante éditoriale chez Citadelles & Mazenod. Elle a publié dans Afrique, à l’ombre des dieux (Somogy, 2017) et participera au colloque « Les arts coloniaux » (Musée du quai Branly-Musée national de l’histoire de l’immigration, octobre 2018).

 

Yaëlle Biro

Dr Yaëlle Biro est conservatrice associée pour les arts de l’Afrique au Metropolitan Museum of Art de New York. Sa thèse de doctorat à l’université Paris 1-Sorbonne (2010) est consacrée au développement du marché des arts africains au début du XXe siècle et a reçu le Prix de thèse du musée du quai Branly. En 2012, son exposition African Art, New York, and the Avant-Garde fut nommée meilleure exposition de moins de 100 m2 par l’Association américaine des conservateurs de musées (AAMC). Ses plus récentes expositions comprennent In and Out of the Studio: Photographic Portraits from West Africa (2016) et The Face of Dynasty: Royal Crests from Western Cameroon (2017-2018). Le livre adapté de sa thèse de doctorat sera publié à l’automne 2018 par les Presses du réel.

Ruth Hommelen

Ruth Hommelen est doctorante à la KU Leuven et chargée de cours à l’université de Gand (UGent), à l’école supérieure d’art LUCA et à Sint Lucas Anvers. Sa thèse porte sur l’architecture lumineuse dans l’entre-deux-guerres (The Nightside of Modernity. Light Architecture and Metropolitan Culture during the Interwar Period), sujet auquel elle a déjà consacré plusieurs publications. Le théâtre Pigalle de l’architecte Charles Siclis (1889-1942) se trouve au coeur de ses recherches.​

Charles-Wesley Hourdé

Après avoir officié cinq ans chez Christie’s, Charles-Wesley Hourdé est à présent expert, marchand et chercheur indépendant spécialisé dans les arts d’Afrique et d’Océanie. Sa passion pour la genèse du marché l’a poussé à publier plusieurs articles, notamment sur l’ébéniste japonais Kichizô Inagaki dans Tribal Art Magazine (2012), ainsi que six catalogues d’exposition, dont Passeurs de rêves (2016) qui s’intéresse à l’historique des objets extra-européens et L’Emprise des masques (2017) qui aborde les affinités qu’entretiennent certaines sculptures primitives avec les oeuvres de Pablo Picasso.

Virginia Lee-Webb

Après avoir été conservatrice et maître de recherche au département des Arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques du Metropolitan Museum of Art de New York, Virginia-Lee Webb est devenue directrice et conservatrice des collections d’art tribal de S.E. Cheikh Saoud Mohamed al-Thani. Elle a obtenu un doctorat en histoire de l’art à la Colombia University de New York, où elle fut chercheur en art océanien, dans le cadre du Jolika Fellows Program de Marcia et John A. Friede, et directrice de recherche (President’s Fellow). Ses recherches ont été largement publiées et elle a organisé de nombreuses expositions internationales dans le domaine de l’art tribal.

Philippe Marcerou

Philippe Marcerou est inspecteur général des bibliothèques. Il est le coauteur avec Jean-Pierre Sarrazac d’une anthologie des textes d’André Antoine (Actes Sud, 1999), d’une thèse sur la direction d’André Antoine au théâtre Antoine (université de Franche-Comté, 2002, dir. Philippe Baron), le coauteur d’un ouvrage sur les théâtres libres (Harmattan, 2007, dir. Philippe Baron) et le coordinateur d’un numéro spécial de la Revue d’histoire du théâtre consacré au théâtre Pigalle (2014).

Philippe Peltier

Philippe Peltier a été responsable de l’unité patrimoniale Océanie-Insulinde au musée du quai Branly à Paris. Ethnologue et historien d’art de formation, il a effectué plusieurs recherches de terrain, plus particulièrement dans la vallée du Sepik dans les années 1980 et en Nouvelle-Irlande en 2001. Il a participé à plusieurs expositions dont Primitivism in 20th Century Art au Museum of Modern Art de New York en 1984, Altar au Museum Kunst Palast de Düsseldorf en 2001, Gauguin. Tahiti, l’atelier des tropiques, au Grand Palais en 2003. Pour le musée du quai Branly, il a organisé les expositions Nouvelle-Irlande, arts du Pacifique Sud en 2007 et Sepik en 2015.

Marion Perceval

Historienne de la photographie, Marion Perceval s’est spécialisée dans l’étude des sociétés d’amateurs de photographie et de leurs pratiques. Elle a été chargée des collections de la Société française de photographie (SFP) et dirige actuellement la Donation Jacques Henri Lartigue.

Nicolas Rolland

Diplômé en histoire de l’art, Nicolas Rolland est expert (membre de la Compagnie nationale des experts), marchand et chercheur indépendant spécialisé dans les arts d’Afrique et d’Océanie. Il a travaillé durant plusieurs années sur l’histoire des musées et des collections ethnographiques missionnaires. Il a ainsi dirigé en 2017 un ouvrage de référence consacré à la collection africaine de la congrégation du Saint-Esprit (Afrique, à l’ombre des dieux, Somogy, Prix PILAT 2017) dont il coordonne par ailleurs le programme de conservation et de valorisation.